Advanced Search

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
pass_pop_up
sidebar
wooframework
slide
african_issues
book_series
magzine_issues
african_live_events
research_posts
inprint_posts
installation_posts
periodicals_posts
ecwid_menu_item
sp_easy_accordion
acf-field
give_payment
give_forms
acf-field-group
Filter by Categories
African Cities Reader
Archive
Arts & Pedagogy
Books & Oration
Cash & Commerce
Chimurenga Library
Chimurenga Magazine
Chronic
Comics
Faith & Ideology
Featured
Gaming
Healing & bodies
Library Book Series
Live Events
Maps
Media & Propaganda
Music
News
PASS
PASS Pop Up
Research
Reviews
Systems of Governance
Video

Paris

Paris

La Bibliothèque Chimurenga

Une installation et une exposition autour des Études noires présentées par le collectif Chimurenga
2 avril – 3 mai 2021
Bibliothèque publique d’information, niveaux 1, 2 et 3

Dans le cadre de la Saison Africa 2020 (reportée en 2021), le Centre Pompidou et la Bibliothèque publique d’information ont donné carte blanche au collectif sud-africain Chimurenga. Il propose ainsi, du 2 avril au 3 mai, une nouvelle édition de la Chimurenga Library à la Bpi. La Chimurenga Library est une intervention au long cours qui produit des connaissances en vue de réimaginer la bibliothèque comme un laboratoire de curiosité étendue, de réflexion critique, de rêverie, d’implication sociopolitique, de fête et de lecture. Initiée et présentée par le collectif Chimurenga depuis 2009, elle offre l’opportunité d’investir la bibliothèque en tant qu’espace conceptuel et physique dans lequel la mémoire est préservée, l’histoire décidée et leurs réactivations possibles.

Cette nouvelle édition – « La Bibliothèque Chimurenga » – prend la forme d’une « Étude noire » (Black study) des collections de la Bpi, afin d’enquêter sur les généalogies de l’imagination radicale noire dans le monde francophone.

« La Bibliothèque Chimurenga » opère par la dissémination des savoirs et l’infiltration des outils à travers:

– une installation bibliographique qui se matérialise par une cartographie mettant en relation l’archive « visible » des Études noires présente dans la collection de la Bpi avec une archive « cachée » qui provient de la production intellectuelle, artistique et politique des Noirs dans le monde francophone. Cette mise en relation produit un système alternatif de classification du contenu de la Bpi, visible à travers des signets entre les livres figurants des ouvrages importants des Études noires. Puis, des lignes au sol qui forment de nouvelles routes de lecture, scandées par des citations sélectionnées par le collectif de chercheurs, invitent les visiteurs à parcourir la bibliothèque.

– une exposition, ou espace de lecture, point de convergence des routes de lecture au niveau 2 de la Bpi. Dans cet espace se déploient diagrammes, images, fac-similés de livres, revues et disques en lien avec les axes de recherche du collectif.

– un numéro spécial de la revue The Chronic, co-édité avec le Centre Pompidou, disponible dans l’espace de lecture et à la Librairie du Centre Pompidou à partir du 9 avril. Un événement autour de cette parution aura lieu à la Cité internationale des arts au printemps / été 2021 (date à confirmer).

– une intervention de la Pan African Space Station (PASS), entre avril et mai 2021. PASS prendra ses quartiers au Lavoir Moderne Parisien dans le quartier La Goutte d’Or de Paris (Ile-de-France).

Le collectif Chimurenga définit ainsi l’Étude noire

« L’Étude noire désigne l’ensemble des méthodes et corpus de connaissances que les Noirs ont développés pour survivre et contrecarrer la modernité occidentale dont la construction et la consolidation se sont fondées sur l’esclavage, la colonisation et les formes d’apartheid. Fondamentalement indisciplinée, c’est une façon d’apprendre basée sur la relation, l’improvisation en groupe et la réactivation d’une connaissance ancrée de la liberté.

Comme l’indique le poète Fred Moten, l’Étude noire nous demande d’envisager de « refuser ce qui vous a été refusé ». Elle se manifeste dans l’hospitalité des sans-foyers ; elle affirme la force du déplacement à contre-courant d’une longue histoire de déplacements forcés, et elle nécessite une attitude polyrythmique. Elle constitue la pratique de la « Blackness » – la trajectoire socio-historique des peuples afro-descendants, une expérience vécue et incarnée, une méthode et une façon d’être dans le monde. »

Similar Posts:

    None Found
Share this post:
No comments yet.

Leave a Reply

Latest Product:

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial